Les bus Biogaz : une nouvelle technologie au service des habitants de l’agglomération

Publié le
Mis à jour le

L’engagement de Mulhouse Alsace Agglomération (m2A) pour la transition énergétique de son réseau de transport se traduit par le renouvellement progressif de sa flotte de bus diesel par des bus au biogaz, à savoir des bus au (bio)gaz Naturel Comprimé (GNC) ou bio GNC.

 

La loi relative à la transition écologique pour la croissance verte (LTECV) impose aux collectivités territoriales d’acquérir au moins 50% de véhicules à faible émissions dans le cadre du renouvellement de la flotte de transport publique.

M2A a fait le choix de déployer une stratégie plus ambitieuse encore en se lançant dans un programme d’acquisition de 100% de véhicules à faible émissions. Les bus standards et articulés diesel en fin d’exploitation commerciale seront ainsi, tous, peu à peu, remplacés par les bus biogaz, technologie retenue par m2A conformément à sa stratégie énergétique.

Aux côtés des 130 bus, dont 5 trambus (Bus à Haut Niveau de Service) et 5 bus 100% électriques, des 22 rames de tramway et des 2 minibus électriques circulant dans le centre de Mulhouse, c’est un total de 44 bus GNC qui vont ainsi être déployées entre 2021 et 2024. 

Printemps 2021 : les premières livraisons et des travaux déjà engagés

C’est à la toute fin mars que cette évolution technologique a pu concrètement être observée avec la livraison des 8 premiers bus standards de marque Scania.

2 constructeurs ont été retenus par m2A : SCANIA en ce qui concerne les véhicules standards et IVECO pour les véhicules articulés.

Bien qu’étant une étape visible de cette évolution, l’arrivée des premiers véhicules a été précédée d’un certain nombre d’aménagements ; avec l’appui du service architecture m2A et des techniciens du pôle mobilité et transport m2A, la direction technique Soléa et plus particulièrement les équipes des installations fixes et de maintenance ainsi que l’unité qualité -environnement ont entamé dès le mois d’octobre 2020 des analyses et travaux d’aménagement nécessaires à la bonne exploitation de bus GNV.

 

Les étapes techniques préalables à la mise en service commerciale des bus au GNV

  • Raccord et distribution du gaz

Des travaux de raccordements au réseau de gaz ont ainsi été entrepris dès octobre 2020 pour connecter le site Soléa à l’alimentation gaz. Ces premiers travaux marquant officiellement le début de l’aventure « bus GNC » ont été suivis, en février 2021, par trois nouvelles semaines de travaux visant à installer une station de compression provisoire ; creusement de tranchées, mise en place de longrines pour accueillir les compresseurs, installation des compresseurs et pose du tuyau de gaz constituent les étapes qui ont rythmé cette étape utile à l’accueil et l’utilisation des premiers bus au GNC, en avril et mai,  à des fins de manipulation et formation des personnels de maintenance.

A compter de la fin du mois d’avril les compresseurs ont été mis en fonctionnement et des essais de remplissage ont été effectués début mai pour une mise en service progressive des points de remplissage (à hauteur d’un point équipé de 2 pistolets, soit 1 point pour 2 bus).

 

  • Travaux à l’atelier de maintenance

Avant d’accueillir les bus GNC pour des activités de maintenance préventives et curatives, diverses actions et travaux sont menés au sein de l’atelier bus. Ceux-ci consistent :

  • en une mise en conformité électrique qui se traduit par le remplacement d’équipements et d’armoires
  • en une automatisation de l’ouverture des portes et du skydome (système de ventilation en toiture) en cas de détection de gaz
  • en une sectorisation des locaux afin de déterminer la localisation de zones à risque ATEX (Zone à Atmosphère Explosive).

 

L’identification de zones à risque ATEX impose de prendre des mesures techniques et opérationnelles pour empêcher la formation d’atmosphères explosives, éviter l’inflammation de ces zones ou encore pour atténuer les effets nuisibles d’une explosion éventuelle. La sécurisation du milieu de travail est indispensable ainsi que la formation des salariés.

Les actions et travaux réalisés dans le cadre de la mise en conformité de l’atelier bus en vue de l’accueil des bus GNC démarrent au mois de juin et s’étendront jusqu’au mois de décembre 2021.

 

  • Arrivée des véhicules et formation

C’est le 29 mars 2021 que les 2 premiers bus GNC sont arrivés au Centre d’Exploitation et de Maintenance Soléa suivis de 6 suivants pour un total de 8 bus livrés à mi-avril 2021.

Avant leur exploitation commerciale, les différents supports d’information voyageurs ont été installés à bord et une phase de prise en main et de formation a été programmée par le service des ressources humaines à la fois pour les personnels des ateliers de maintenance bus, des installations fixes et également pour les équipes de régulation et l’ensemble des conductrices et conducteurs.

C’est à la suite de ces étapes successives de préparation et de formation du personnel que l’exploitation commerciale a pu débuter au mois de juin 2021.

La technologie des bus au gaz naturel comprimé

Technologie aujourd’hui mise en œuvre sur plusieurs réseaux de transport urbain exploités par le Groupe Transdev (Grenoble, Valence, Ile de France..), le gaz naturel comprimé se pose en alternative écologique au moteur diesel avec des performances équivalentes.

Parmi les nombreux avantages de ce mode de propulsion, on peut citer :

  • Des performances moteur proches du diesel
  • Une technologie fiable et éprouvée
  • Une solution efficace pour réduire les émissions de CO2
  • Des émissions de particules fines (NoX..) réduites
  • Une faible émission de bruit (-50%)
  • Une autonomie offrant suffisamment de souplesse, gage d’adaptabilité aux caractéristiques des lignes du réseau.

 

En exploitation, les véhicules au GNC émettent moins de C02 qu’un bus diesel et produisent moins de bruit. A ce titre, ils contribuent au confort des voyageurs et des habitants des secteurs traversés.

 

Origine du biogaz

Le biogaz est fabriquée grâce au processus de méthanisation, selon un enchainement d’étapes spécifiques. Le processus commence par la dégradation des déchets de matière organique, que ce soit agricoles, ménagers ou industriels et aussi les boues de station d’épuration. La fabrication du biogaz est à l’origine un processus naturel qui est désormais reproduit par l’homme pour permettre de contrôler les quantités et la qualité de la ressource produite. Pour cette raison, la dégradation à lieu dans un environnement privé d’oxygène qui entraine la fermentation des déchets : c’est la création du biogaz. Cette ressource est notamment produite en Alsace dans une unité de méthanisation, qui sert aussi à alimenter les nouveaux bus biogaz Soléa : l’unité de méthanisation du SIVOM de Sausheim.

Les eaux usées de la centrale d’épuration du SIVOM ainsi que les déchets organiques permettront d’alimenter 100% de la flotte Soléa lorsque tous les bus biogaz auront été livrés. Actuellement, les habitants de l’agglomération contribuent au fonctionnement de 15 véhicules biogaz du réseau grâce à leurs déchets.

 

Quelles nouveautés pour les voyageurs ?

Il n’aura échappé à personne que les bus biogaz arborent un nouveau design extérieur (lié essentiellement au positionnement des bonbonnes de gaz en toiture) et également intérieur, complété par des équipements améliorant les conditions de voyage et de conduite.

L’intérieur des bus intègre des touches à la fois modernes et artistiques dans un style contemporain pour offrir encore plus de confort aux utilisateurs des transports en communs. L’ensemble des matières utilisées, des couleurs, des tissus couvrant les sièges, des parois, du sol et du plafond du bus ont été pensés pour rendre l’intérieur des véhicules à la fois chaleureux, moderne et harmonieux. La luminosité a également été améliorée.

Les 8 premiers bus standards bénéficient d’un atout supplémentaire : ils intègrent, sur la paroi de fond du bus, une fresque artistique proposée et réalisée par des artistes locaux. Maxime Sattler, Kiki DeGonzag, Marc Guénard, Emmanuel Henniger, Michele Morando, Alexandre Poulaillon, Anne-Sophie Tschiegg et Tristan Vuano ont désormais chacun une œuvre à bord, œuvre qui n’aura jamais été aussi mobile.

Au-delà de ces aspects artistiques, les bus biogaz sont également équipés de nombreux ports USB permettant aux clients voyageurs de recharger leurs appareils mobiles durant leurs trajets.

Et pour les conductrices et conducteurs ?

Souplesse et confort de conduite sont les principaux atouts évoqués par les conductrices et conducteurs après ces 3 premiers mois de service commercial.

Quelques spécificités :

  • La climatisation du bus qui est désormais automatique et fonctionne de la même façon que celle des trams. La température de la climatisation se règle automatiquement selon la température extérieure et ne peut afficher un écart de plus de 10 degrés par rapport à celle-ci.
  • Les récents systèmes de freinage embarqués dans ces véhicules permettent aux conducteurs un freinage plus doux et sans à coup ce qui améliore le confort des voyageurs

Depuis leur arrivée, les véhicules biogaz ont parcourus 7 000 kilomètres sur le territoire de l’agglomération. Cette distance et ce 1er retour d’expérience permet de confirmer le réel intérêt des conducteurs et des voyageurs pour ces nouveaux véhicule et rend l’arrivée des prochains véhicules encore plus enthousiasmante.

Like
Love
Care
Haha
Wow
Sad
Angry